Hemp story

Hemp story

A travers cet article, nous allons essayer de vous éclairer, étape par étape, sur les origines et l’histoire du chanvre (cannabis sativa L) ainsi que son parcours riche à travers l’histoire humaine.

Le chanvre, c’est quoi ?

Le cannabis sativa L, de son nom scientifique, fait partie de la famille des « Cannabacea ». Il est aussi appelé depuis des décennies en France « chanvre » et est cultivé principalement pour sa fibre (papier, vêtements) et ses graines (alimentation humaine et animale) ! Nous distinguons aujourd’hui deux types de cannabis selon les différents taux de phytocannabinoïdes présent en son sein. Nous retrouvons donc le très connu mais illégal, cannabis récréatif (fort taux de D9-téthrahydrocannabinol, THC) et le cannabis “thérapeutique” (taux cannabidiol CBD élevé, THC<0,2%).

Mais d’ou réellement cette plante ancestrale répandue à travers le monde d’aujourd’hui ? Et pourquoi est-elle de nos jours, si controversée ?

Les premières traces.

Aujourd’hui il est difficile de déterminer un lieux de naissance du cannabis et le débat reste ouvert quant à la localisation exacte du foyer où la première fois apparu le cannabis ! Certains pensent que la plante s’est développée dans les steppes de l’Asie centrale au sud de la Sibérie (Russie) et de la Mongolie vers la région du lac Baïkal – d’autres pensent que la marijuana proviendrait des contreforts indiens de l’Himalaya – enfin, certains encore, pensent que le chanvre provient de la région du fleuve jaune en Chine.

Cependant, les 1ères traces d’usages et de domestication du chanvre dès 11 500 et 10 200 ans av. J.-C. et ont été découvertes au Japon, en Chine et en Europe de l’Est.

Lieu supposé de naissance du cannabis sativa l -Montagnes Chidral – Pakistan

La consommation de ce végétal a véritablement explosé il y a 7000 ans, à l’Âge de Bronze. Tengwen Long et Pavel Tarasov, de l’université de Berlin, expliquent dans la revue Vegetation History and Archeobotany, que les premiers diffuseurs de chanvre et de cannabis dateraient de l’Âge de Bronze ancien. Il s’agirait des Yamnaya, une des premières tribu de cavaliers venus des steppes et l’une des quatre tribus fondatrices de l’Europe moderne, et dont la culture a eu une grande influence entre 5 500 av. J.-C. et 4 300 av. J.-C.. Ils participeront notamment à la construction des bases d’échanges commerciaux avec l’Asie et donc des célèbres routes de la soie !

Par la suite, Robert Spengler, co-auteur de l’étude et archéobotaniste au Max Planck de l’Institute for the Science of Human History en Allemagne, ont découvert en fouillant le cimetière de Jirzankal à 3.000 mètres d’altitude, huit tombes contenant des squelettes et de nombreux objets. Parmi eux, des assiettes en bois, des bols mais aussi une dizaine de pots en bois recelant des pierres avec des traces de combustion. Afin d’en savoir plus, les scientifiques ont extrait la matière organique des fragments de bois et des pierres brûlées. Ces fragments ont était analysés à l’aide d’une technique de spectrométrie. A leur grande surprise, les résultats ont révélé des traces de cannabis avec un taux de cannabinol (CBN) – l’un des 400 composants du cannabis – plus élevé que dans les variétés sauvages. Element démontrant le savoir-faire de ces peuples d’autrefois, dans la culture du cannabis et la maitrise de sont développement chimique.

La première trace écrite dans l’histoire du chanvre, relatant l’utilisation médical – le « Ma » (cannabis en chinois) – remonte à 2 737 av J-C, grâce à Shen Nung, considéré comme le père de la médecine chinoise.

Illustrations chinoise – effet du cannabis sativa l sur le corps humain

Mais le « Ma » était-il du cannabis psychotrope (riche en TCH) ou du cannabis non-psychotrope (chanvre) ?

Et bien il semble que les chinois de l’époque connaissaient déjà la différence entre les deux facettes de cette plante. En effet, l’on retrouve sur les registres chinois deux variantes appelées « Ma fen » pour le cannabis psychoactif et « Ma Tze » pour le cannabis non-psychoactif. Ces registres, nous démontrent une fois de plus l’ancienneté de cette plante. Le savoir-faire acquis après des années de culture par les chinois leurs ont permis d’effectuer une sélection variétale, très tôt dans l’histoire !

Par la suite, on retrouve des traces d’utilisations de cannabis tout au long de l’histoire de l’homme. Zoroastre (prophète perse – 700 av. J.-C.) classifie le cannabis, comme la plante médicinale reine, parmi les 10 000 recensées par ce dernier. Il diffusera par la suite son savoir en Orient et en Asie mineure.

En 1150, le monde musulman (acteur important de l’histoire du chanvre) ouvre le premier moulin à papier qui va fonctionner pendant 850 grâce au chanvre. C’est par la suite que les Arabes vont diffuser et développer ce savoir jusqu’en Europe. Chemin qui nous mènera jusqu’à la première impression et la première bible imprimée en Europe, par Johannes Gutenberg sur du papier de chanvre !

Par la suite, c’est les conquistadors espagnols au XVIe siècle qui l’exporteront en Amérique du Sud (Chilli en 1545 et Pérou 1554) et les colons anglais en Amérique du Nord (Canada et Virginie à partir du XVIIème).

Mondialisation et prohibition du chanvre

L’histoire du chanvre, nous laisse penser que les États-Unis n’auraient probablement pas pu devenir le super-état qu’ils sont aujourd’hui, sans la culture du cannabis sativa (longtemps prohibée au pays du hamburger). Culture pourtant encouragée par l’un des pères fondateurs des actuels USA : George Washington ! En 1784, il écrira dans ses mémoires avoir donné l’ordre suivant : « prenez le plus possible de graines de chanvre indien et semez-en partout ». Washington était un fervent défenseur du chanvre et il voyait en lui un moyen d’émancipation pour sa nation naissante ! La priorité à l’époque était de produire de la fibre afin d’apporter un soutien matériel à la fabrication de vêtements et de papier sur lequel seront imprimés les futurs billets américains. Toute fois et d’après ces écrits, G.W. connaissait les diverses propriétés du cannabis sativa, comme il le laisse penser avec ces mots : « j’ai commencé à séparer les plants mâles des plants femelles, malheureusement trop tard ». Séparation qui vise l’augmentation de l’effet psychoactif du cannabis.

C’est cet artisan chanvrier devenu président que l’on retrouvera, bien plus tard sur les dollars américains, composés à 75% de coton !

Dollar américain – George Washington – 1er Président des USA et chanvrier

Une culture perdue ou volontairement oubliée ?

Le saviez-vous ?

La culture du cannabis fût importante pour les besoins créatifs de l’homme (papier, vêtements, alimentation) mais pas que… Le cannabis et ses propriétés semblent être bénéfique au développement physiologique de l’homme. En effet, l’homme dispose d’un système biologique appelé système endocannabinoïdes. Ce système représente un ensemble de membranes et de récepteurs responsables d’effets biologique suite à la consommation de molécules présentes au sein du cannabis. On détecte des récepteurs dans pratiquement toutes les cellules du corps humaine. Nous reviendrons lors d’un prochain article sur ce sujet.

Utilisé depuis des milliers d’années par l’homme pour différentes utilisations, le cannabis sativa fût “stopper” net à la fin du IXXème et début XXème siècle.

C’est dans les années 30 et la « Grande dépression » aux États-Unis que commence la guerre contre le cannabis et son lot de propagande américaines. Plante sur lequel le pays fût en partie bâti. En 1936, sors en salle le film Reefer Madness qui met grotesquement en scène des jeunes américains, complètement possédé par le cannabis et ses propriétés. Film terrorisant les foyers américains à l’époque. Un changement de cap brusque mais résonné…

Reefer madness – 1936

Afin de valider ce changement d’orientation, c’est le 2 août 1937 que les USA instaurent la taxation de tous les acteurs de la filière chanvre : importateurs, producteurs, industriels utilisateurs, intermédiaires commerciaux, prescripteurs tels que les dentistes, médecins et vétérinaires. Sans criminaliser, cette loi imposant de lourdes sanctions (2 000$ d’amende et 5 ans de prison) découragera bon nombre d’acteurs ! En 1942, c’est la fin pour le cannabis, qui est expulsé de la pharmacopée Nord-américaine et son utilisation médicale n’est plus reconnue.

A partir de ce moment-là et de par l’influence énorme dont dispose les USA, depuis la 2ème guerre mondiale, nombres de pays (notamment en Europe) suivent la directive et rendent eux aussi illégal la plante et multiplie les pétitions d’organismes en relation avec la santé et le médicale afin de valider cette action.

Timbre marihuana taxt act – 1937 – USA

Prohibition qui s’impose à la France, qui restait pourtant le plus gros producteur historique de cannabis sativa L au monde. Une perte lourde pour l’économie française et ses habitants, qui après deux guerres ont mis des années à s’en relever.

Où en est-on aujourd’hui ?

De nos jours, l’histoire du chanvre a été partiellement oubliée mais la filière “chanvre” en France et dans le monde redonne vie à cette plante ancestrale, fondamentalement reliée à notre histoire ! Malgré les nombreuses restrictions concernant la production et la commercialisation, le cannabis sativa L riche en CBD (cannabidiol) et très faible en D9-THC (THC<0,2% selon les lois en vigueur sur le territoire européen) fait sont retour au premier plan. La présence historique de producteurs chanvrier français et la structure d’une filière centenaire donne à la France un avantage certains sur ses concurrents. Avantage très peu exploité pour le moment, étant donné le retard législatif accumulé sur l’utilisation totale de la plante, sur ces 5 dernières années notamment.

La question aujourd’hui, est de savoir si nous resterons à l’avenir, simples spectateurs ou acteurs majeurs de ce changement ?

Pas de Commentaire

Ecrire Un Commentaire
Avez-vous plus de 18 ans ? La French Hemp Factory se réserve l'entrée à son site et interdit l'accès aux personnes n'ayant pas 18 ans.